Les carrières de pierre

Imprimer   

45450 Fay-Aux-Loges
Loiret France

Le promeneur qui flâne dans Fay aux Loges, découvrira très vite une partie de l’histoire de cette commune. Si la rue des maillets ne le met pas tout de suite sur la piste, la rocade des carriers, l’allée des tailles ou la rue des tailleurs de pierre ne lui laisseront plus aucun doute, Fay aux Loges étaient 

un village de carrières et donc de carriers et de tailleur de pierre.

Ce secret une fois découvert, notre promeneur pourra observer plus précisément les linteaux des portes de certaines maisons et il y découvrira cette fameuse pierre de Fay, un peu grise mais à ne pas confondre avec la pierre de Souppes.

Mais tout d’abord, savez-vous que le nom de « carrier » provient du latin « quadratum saxum » qui signifie « pierre carrée »

L’exploitation de la pierre à Fay aux Loges est très ancienne, car déjà au XI° siècle, les moines de la Cour-Dieu venaient y chercher la pierre nécessaire à la construction de leur monastère. Au XVIII° siècle, il y avait une centaine de carriers et de tailleurs de pierre à Fay. Cette activité s’est arrêtée durant la première guerre faute de main d’œuvre, les carriers et les tailleurs étant mobilisés.

La méthode d’extraction était toujours la même. Après avoir retiré la terre, les carriers extrayaient tout d’abord les moellons, la pierre du dessus, qui servait aux constructions. Puis à la barre à mine ou en les faisant sauter, on extrayait les blocs de pierre qui, une fois taillés servaient à la fabrication de dalle (comme celle que vous pouvez voir dans l’église) ou de linteaux quand ils étaient d’une seule pièce. Vous remarquerez que les pierres des portes et des fenêtres mesurent toujours 33 cm, tout simplement parce que les tailleurs ont toujours taillé en pied soit 33cm. Les moellons eux se vendaient à la toise soit 6 pieds.

Les outils des carriers et des tailleurs de pierre sont :

  1. Les coins. Les uns tranchants par leur extrémité inférieure servent à pratiquer les entailles entre deux bancs de pierre, les autres obtus et plus gros entrent à grands coups de mail (marteau) dans ces entailles.
  2. Les barres de fer pèsent de 25 à 35 Kg. Après avoir introduit les coins, le carrier enfonce la barre de fer dans le vide créé par le coin: il pèse fortement sur l'extrémité de la barre, le bloc de pierre se sépare du filon.
  3. La mine est le moyen plus rapide et moins pénible d'extraire les blocs. Avec la barre à mine, on perfore dans la pierre un trou de un mètre de profondeur. On introduit la poudre noire, puis la mèche. L'allumage de la mèche va provoquer l'explosion et la projection du bloc, détaché du filon.
  4. Les marteaux utilisés, différents de forme, prennent le nom de mails, mailloches, pics, massettes  ou boucharde.
  5. Les pinces : Longues ou courtes, elles servent de levier pour soulever les blocs.
  6. Les ciseaux : Ils sont de toutes grandeurs. Pour les pousser sur la pierre, on tape avec le maillet.

Encore une fois, les noms des rues de Fay aux Loges, rappellent ces outils comme la rue de la boucharde.

Parmi les marchands de pierre du début du XX°siècle, on note des noms bien connus dans le village : Fernand Jacquet ou Alfred Desbrosse.  Au milieu du XVIII°, les ouvriers étaient payés 87centimes ½ par mètre cube d’extraction de moellon.

Tracez votre itinéraire
    Voir les options
De :
 ou 
Vers :
 ou